LIBERTY's Livres

Mon panier: 0

La Photographie japonaise sous l'ère Meiji (1868 - 1912)

Envoyé sous 24 Heures
Frais d'envoi réduits à 0.01 € pour la France   Frais d'envoi réduits à 0.01 € pour la France

Détails de l'ouvrage

Auteur : Patrick Bonneville
Éditeur : Ed. de l'Amateur (2006)
Reliure : Relié (192 pages couleurs) 22 cm x 26 cm
Langue(s) : Français
ISBN (EAN) : 978-2-85917-444-6 (9782859174446)

Description

La Photographie japonaise sous l'ère Meiji (1868 - 1912), de P. Bonneville, Ed. de l'Amateur, 22 cm x 26 cm, relié avec 192 pages couleurs

C'est sous l'ère Meiji (1868-1912) que le Japon s'ouvre à l'Occident, et les artistes japonais, reconnus pour leur maîtrise de l'estampe, souvent coloriée à la main, découvrent alors la perspective occidentale.
Le genre de l'ukiyo-e, littéralement « image du monde flottant » ou « image du temps qui passe » - ou nishiki-e lorsque ces images sont coloriées –, qui règne en maître du XVIIe au XIXe siècle, est alors détrôné par la photographie.
Les premières représentations photographiques du Japon sont réalisées par des Occidentaux, dont Felice Beato qui s'installe à Yokohama en 1863, suivi peu après par le baron Raimund von Stillfried et Adolfo Farsari.
Le peintre Charles Wirgman (1832-1891) est sans doute le premier à tenter d'apposer des rehauts de couleurs sur les photographies de Felice Beato.
Le succès de ces images peintes amène les coloristes japonais à travailler directement dans les ateliers de photographie et rapidement, les Japonais, élèves de ces maîtres, reprennent à leur tour cette technique et ouvrent de nouveaux studios. Le plus célèbre et talentueux d'entre eux est Kusakabe Kimbei, disciple de Felice Beato dès l'âge de quinze ans.
Cet ouvrage, qui rassemble sur 192 pages près de 160 photographies coloriées sur papier albuminé rares, présente les sujets les plus divers.
Ceux-ci s'inspirent fortement d'une mise en scène traditionnelle issue de l'estampe: représentations de la vie quotidienne (cérémonie du thé, jeunes filles s'adonnant à la musique, dansant ou jouant aux cartes, scènes de repas, nourrice avec un bébé, jeunes femmes sur un pousse-pousse, etc. portraits de geishas, de vieillards, de prêtres shintos et bouddhistes, de samouraïs, combats de sumos, photographiés le plus souvent dans un intérieur de studio.
Mais on y trouve également des vues d'extérieurs tout aussi remarquables: paysans travaillant dans les rizières au coucher du soleil, jeunes geishas se promenant dans des jardins fleuris ou posant sous des treilles de glycines en fleurs, vues panoramiques du mont Fuji dans la brume...

Les textes en Français sont de Patrick Bonneville.

English description

Japanese photography in the Meiji era (1868 - 1912)

Details of the book

Author: Patrick Bonneville
Publisher: Ed. de l'Amateur (2006)
Binding: Hardcover (192 full color pages) 8-½ inches x 10 inches ( 22 cm x 26 cm )
Language(s): French
ISBN (EAN): 978-2-85917-444-6 (9782859174446)

Editorial Reviews

Japanese photography in the Meiji era (1868 - 1912), by P. Bonneville, Ed. de l'Amateur, 8-½ inches x 10 inches ( 22 cm x 26 cm ), hardcover book with 192 full color pages

It was during the Meiji era (1868-1912) that Japan opens up to the West, and Japanese artists, known for their mastery of printmaking, often hand-colored, discover the Western perspective.
The ukiyo-e, literally "picture of the floating world" or "image of passing time" - or nishiki-e when these images are colored –, who reigns from the 17th to the 19th century, is then dethroned by photography.
The first photographic representations of Japan are carried out by Westerners, including Felice Beato who moved to Yokohama in 1863, followed shortly by Baron Raimund von Stillfried and Adolfo Farsari.
The painter Charles Wirgman (1832-1891) is probably the first to attempt to affix color highlights on the photographs of Felice Beato.
The success of these painted images brings Japanese colorists to work directly in photography workshops and quickly, the Japanese students of these masters, also take this technique and opens up new studios. The most famous and talented of them is Kusakabe Kimbei, disciple of Felice Beato from the age of fifteen years.
This book of 192 pages brings together nearly 160 rare colored photographs on albumen paper presents the most diverse subjects. They are inspired by a traditional staging outcome of printmaking.

The French texts are written by Patrick Bonneville.


Haut de Page